LES DÉBUTS 1908 - 1928

Le rugby à Saverdun se pratique depuis le début du siècle. Il semble que ce soit en 1908 qu’ait été crée la 1ère équipe sous l’égide de M. DOUMENG et M. DE MADRON, en recrutant au sein des sociétés de gymnastique qui existaient déjà. Nous avons donc considéré que les débuts de l’U.S.S. étaient là. Mais d’autres sources, mémoire d’anciens, font remonter cette pratique aux dernières années du siècle précédent 1898. C’est dans un pré qu’évoluaient alors les joueurs, n’ayant pas de terrain avant la guerre de 1914. Aucune trace photographique n’été mise en évidence à ce jour concernant de début du siècle.

Témoin le vétéran Jean DARBAS qui nous a fait part de quelques souvenirs :

· Jouant al rugby abent la guerre de 14 - Abion pas cap de terrain - Jouant dis un prat (Nous jouions au rugby avant la guerre de 1914 mais nous n’avions pas de terrain, on jouait dans un pré).

· Est ce que vous auriez conservé une photo ?

« Pauourot ! en aquel temps abien pas cap d’appareils photographico » (Pauvre en ce temps là nous n’avions pas d’appareils photographiques).

· Qui jouao ?

« Y abio DOUMENG (dit Turlin), Etienne DUMAS (de Gravelines), DE MADRON (l’huissier), GALINIER (le tailleur de pierre), TEYCHENNÉ (le Faouré) et d’aoutrès qui sont mort à la guerro ».

La guerre de 1914 fera son lot de victime au sein de ceux qui avaient commencé à manier l’ovale et ce n’est qu’en 1920 que l’on recommença à jouer au rugby sous le nom : U.S.S. (Union Sportive Saverdunoise) qui a ses débuts évolue en Rouge et Noir.

Le premier terrain sera situé en bord de la nationale, en face de ce qui est aujourd’hui le Champ de Mars et qui était l’Usine de Tricotage Soler à l’entrée Nord de Saverdun de l’époque, entre la Bonne Auberge et la voie ferrée. La surface était un peu juste et l’aire de jeu réduite au minimun autorisé. Une palissade en bois était édifiée le long de la nationale. Les ballons échouaient ou sur la nationale ou dans les vitres de l’usine, de l’autre côté sur la voie ferrée ou dans le jardin du père Blazy qui confisquaient les ballons.

1929 LA FIN DE L’U.S.S. RUGBY

L’U.S.S. est opposé à Tarascon en Finale de la Coupe de l’Ariège, sur le terrain de la Condamine à Foix. Le match est d’importance et tous les joueurs sont sollicités, le demi d’ouverture Henri AUZEING est militaire, retenu à l’infirmerie.

Le Docteur DURIN, Président de l’U.S.S. prend sa voiture et fonce vers Castres pour rejoindre la caserne. Il use de toute sa diplomatie et réussi à ramener l’indispensable joueur (certes dans l’illégalité !). L’équipe au complet, le moral revient !

La catastrophe survient lors d’un plaquage régulier survenu en cours de partie. Henri grimace de douleur : il a une déchirure à l’aine, la plaie n’est pas importante. Il est évacué du terrain et retourne en caserne. Quelques jours plus tard, on annonce qu’il serait décédé du Tétanos ou d’un éclatement de la rate.

Saverdun est consterné ! ! Les copains pleurent. Les parents éplorés proclament l’interdiction morale de jouer au rugby « ce sport de sauvages ».

Le Docteur DURIN et le bureau démissionnent et donnent l’avoir du club aux parents du regretté Henri AUZEING.

L’U.S.S. cesse d’exister et le rugby à Saverdun s’arrête durant deux années. Les acharnés réussissent à jouer dans un village voisin : LISSAC mais sans le faire savoir.

1931 LA RENAISSANCE

Le démon du rugby se réveille en 1931 un semblant d’équipe se constitue mais dans des conditions catastrophiques : pas de terrain, pas d’assurance, pas de bureau... ! ! On joue en cachette uniquement à l’extérieur, contre la Bastide de Besplas, Mirepoix, St Sulpice..... Les réunions des joueurs dirigeants (ils font tout à la fois) se font au Café Mauzac (actuellement la pâtisserie Barthe).

En 1930, le Maire demande à « l’Omnisport » quelle activité doit se développer, le rugby doit il redémarrer ? La décision est non. C’est le football qui sera choisi. Ainsi naquit le 1er club de foot saverdunois.

1932 : Elie MONTEIL (de Danis) est nommé instituteur à Saverdun et sur les sollicitations de ses copains Vergé - Estrade - Respaud - Pontiés, etc...accepte de régulariser l’embryon d’équipe qui avait évolué l’année précédente. Il constitue un club qui prendra le nom de : U.A.S.- Union Athlétique Saverdunoise. Il a fallu changer de dénomination car le décés d’AUZEING est encore dans toutes les mémoires et il ne faudrait pas que la nouvelle société soit poursuivie.

Le club est fondé dans les formes : déclaré à la sous-préfecture, assuré à la « Préservatrice » agrée par le Comité des Pyrénées (M. Rives y est le Délégué), classé en 4ème Série sous les couleurs Bleu et Blanc. L’Equipe joue en maillots blancs, ils sont meilleurs marché que ceux de couleur.

Le terrain : autre problème, l’ancien étant redevenu champ de blé. Qu’importe, on loue à Louis ROQUES (fermier de Girbet) le terrain de Scoubaroune (sur lequel est actuellement la piscine). Aimablement M. ROQUES met la grange à la disposition du club mais elle sera réservée aux équipes visiteuses qui l’utiliseront comme vestiaires. L’équipe de Saverdun se déshabille, salle de la Justice de Paix (Poste) Cours Gaspard. On va au terrain et on revient à pied, escortés par une nuée de bambins attentifs à tous les commentaires et heureux de cotoyer leurs idoles. Inutile de vous dire qu’à cette époque, il n’y avait pas de douches. Il fallait se décrotter chemin faisant au hasard des bornes fontaines du «Lion d’Or » ou de la Promenade.

L’APRÈS-GUERRE

Durant la guerre de 1939, l’U.A.S. rentre dans l’ombre et cesse toute activité. Après la libération, le désir de jouer au rugby renait. Une Assemblée Générale constitutive se tient le 24 Novembre 1944. M.FINES expose le but de cette réunion « faire revivre à Saverdun une équipe de rugby ».

Un bureau se forme :

Président : M. RINAUDO

Vice Président : M.FINES

Trésorier : M. BRUSTIER

Secrétaire : M. FOUET

Vingt joueurs, jeunes et anciens, constituent l’effectif. Le matériel disponible est d’environ 8 paires de crampons usagés, 7 à 8 maillots et flottants fatigués. Pas de chaussettes, pas de ballon, pas de terrain, pas d’argent ! !

M. MERCIER, Président de l’U.A.S. Omnisport, déclare que le groupement prendra les assurances en charge et qu’une somme de 5000 F sera allouée à la section rugby et à titre personnel, il offre 5000 F qui sont acceptés à titre remboursable.

Séance du 1er Décembre 1944 : M. JOFFRES est sur le point de conclure l’achat d’un lot de 16 maillots verts. Quelques généreuses personnes se sont offertes pour payer l’équipement à un joueur (d’accord mais à titre de prêt). M. DENJEAN a réussi à se procurer un bon pour l’achat d’un ballon.

Séance du 8 Décembre 1944 : M. DENJEAN se rendra à Carcassonne procéder à l’achat de maillots blancs renforcés (avec l’argent et des haricots, c’est encore la guerre avec ses tickets d’alimentation et ses restrictions). M. FOUET est chargé de se rendre à Pamiers pour prendre les crampons cédés par l’U.O.Pamiers.

Le premier match a été conclu avec U.O.Pamiers Réserves pour le Dimanche 17/12/1944 à Magnagounet.

Réunion du Comité des Sports le 22 Janvier 1945. Intervention auprès du bureau de la section « Association » en vue de faire jouer un match de rugby en lever de rideau ou après le match de football le Dimanche 21 Janvier. Opposition totale de l’Association qui entend garder pour elle seule le terrain. Le Comité enregistre ce refus et regrette le manque de compréhension de la section association et le manque de sportivité de leur part.

DEUX PIONNIERS

Qui parmi tant d’autres se sont plus particulièrement dévoués pour l’U.A.S. et le Rugby

PAUL FINES

Tout d’abord joueur, son poste de prédilection trois quart centre. L’Ecole Normale de Foix, il joue le jeudi en universitaire avec l’équipe de cet établissement dans laquelle évoluent des Saverdunois (Montiel, Estrade, Palmade, Respaud). Le dimanche, il joue ¾ centre avec l’ équipe de Foix, avec l’international MAGNOL (l’ex du Stade Toulousain). Nommé instituteur à Laroque d’Olmes, il crée l’Etoile Sportive. De retour à Saverdun (il enseigne au C.C. dont il deviendra le Directeur), il réintègre l’U.A.S. et gagne le Championnat des Pyrénées en 1934. Dans sa retraite de joueurs, de temps à autre, il rehausse les crampons et forment des équipes de vétérans qui font souffrir les jeunes. Devient Président de l’U.AS. Fonde l’Ecole de Rugby dont il sera toujours fier. Aujourd’hui, le terrain sur lequel évolue l’U.A.S. est dû à son initiative et à sa volonté de la réaliser. C’est le stade PAUL FINES.

AIMÉ FOUET

Secrétaire - Trésorier - Président de l’U.A.S. toujours prenant pour combler un poste défaillant. Eternel chanteur des multiples lotos qu’il a su organiser à la perfection. Supporter inconditionnel le long des balustrades et en déplacements fussent’ils lointains. Encore présent pour réconforter les défaillants ou les vainqueurs par un de ses menus dont il a le secret.